Arrivée à Pune

Pélerinage à la mecque du Yoga

Après un voyage de presque 24 heures nous voici arrivées à Pune à 5 heures du matin. Nous prenons un taxi jusqu’à notre domicile indien. A l’adresse donnée, nous trouvons une splendide villa moderne encore endormie dont le propriétaire est un réalisateur de films qui cartonnent. C’est une maison vraiment superbe, toute conçue pour vivre autant à l’extérieur qu’à l’intérieur avec au centre du patio un bassin et des lotus. Une fois sortis de leur lits, les occupants de la maison nous reçoivent très chaleureusement… Et offrent toute l’aide dont nous pourrions avoir besoin. Nous nous éclipsons dans notre chambre – le voyage nous a épuisées.

Escale à Dehli

Escale à Dehli

C'est pas degueu chez nous

C’est pas degueu chez nous

Après deux heures de sommeil, il nous tarde d’aller nous enregistrer à l’institut, mais pour cela il va d’abord falloir changer nos euros en roupies. C’est une opération délicate depuis que le gouvernement a décidé de supprimer les billets de 500 et de 1000 roupies. Les banques sont à court de petites coupures et ne délivrent qu’à leurs clients, des petites sommes rationnées journellement. Les files d’attentes devant les banques sont réellement interminables. Les distributeurs sont pris d’assaut et à court de devises.

Bref, notre hôte prêt à tout pour nous rendre service sort son smartphone, baragouine 30 secondes en maharathi et nous dit de patienter. 15 min plus tard, un homme sorti de nulle part, avec une valise de billets à la main nous échange nos euros en billets de 100 roupies (un peu plus de 1 euro). Il nous faudra passer du porte monnaie au sac en plastique (c’est évidemment réthorique) pour ranger nos roupies, tant il y en a. Incredible India.

En attendant l'homme à la valise, je croque la maman de notre hôte

En attendant l’homme à la valise, je croque la maman de notre hôte

Liasses en poche, nous nous rendons enfin à l’institut pour s’enregistrer et prendre nos props kits. C’est l’extase. Je suis complètement euphorique a l’idée de me trouver à l’épicentre, à la Mecque du yoga.

l’institut

Un tapis rouge à été déroulé devant le portail jusqu’à l’entrée de l’institut devant les étagères où l’on dépose ses chaussures. Ce qui saute aux yeux c’est la taille du lieu, tout semble un peu petit. Comme si on avait tout réduit d’environ 10 pour-cent. Il faut dire que les indiens sont franchement petits par rapport à nous, le modulor maharathi doit mesurer environ 1,65m.
Tout me paraît mignon et verdoyant et les autres participants ont l’air d’être tout aussi high que moi. Quelle émotion d’être enfin assises dans cette salle mythique que nous avons vue mille fois en photo! Après tout nous avons été sélectionnés parce que nous sommes des élèves de niveau intermédiaire, c’est à dire que nous pratiquons depuis 3 à 10 ans et la très grosse majorité n’est jamais venue à l’institut avant…

Enregistrement des participants

Enregistrement des participants

image

Les props kits

Après une première nuit d’insomnie à cause du décalage – mais surtout à cause du mariage juste à côté – c’est le grand jour, nous nous rendons de nouveau à l’institut pour une présentation. Demain les choses sérieuses commenceront avec les enseignements d’Abhijata.

Abhijata

Je vais t’avouer quelque chose tout de suite cher lecteur: je n’étais pas très partante pour étudier auprès d’Abhijata. En fait cette histoire de dynastie familiale à toujours causé un sérieux doute chez moi. Pourquoi faut-il que cette jeune femme soit plus qualifiée qu’un autre pour reprendre le flambeau? juste parce que c’est la petite fille du gourou? Il y a des milliers d’autres profs ultra qualifiés en Inde ou ailleurs. Et ils ont commencé le yoga avec BKS Iyengar bien avant qu’elle ne vienne au monde!

Bref, je me suis tout de même fait persuader (et ça n’a pas été très difficile) par mon amie et collègue de formation qu’il fallait entreprendre ce voyage… parce qu’on n’aurait peut-être plus l’opportunité tout de suite, qu’après la formation on aurait d’autres objectifs, que de toute façon il s’agissait surtout d’un pèlerinage etc etc.
Et le premier jour d’enseignement a fini par me convaincre entièrement. Je ne vais pas vous raconter ici le contenu des enseignements, je n’ai pas mis au propre mes notes et je n’ai encore rien dessiné. De plus si ça vous intéresse, de nombreux participants ont déjà partagé des tas de notes détaillées sur leur page Facebook.

Non, je voudrais ici juste faire part de mon enthousiasme. Car sous son air très juvénile, Abhijata a su mener d’une main de maître une salle de plus de 300 yogis avec concentration, précision, humour et beaucoup d’humilité. Les enseignements sont ponctués de petites anecdotes de son apprentissage auprès de Guruji. Et c’est bien cela qui transpire chez elle. Bien plus que sa qualification à être là, mais le fait qu’elle a été choisi par ce dernier pour être l’objet de sa transmission, ce qu’elle s’attache à faire avec une véritable grâce et beaucoup de générosité.

Gratitude

Il n’y a pas à dire, je suis vraiment heureuse d’avoir fait ce voyage et d’avoir la chance de recevoir les enseignements d’Abhijata. C’est amusant de la voir sur cette scène entourée de ses deux assistants Raya et Uday. Elle les mène à la baguette (au sens propre puisqu’elle elle tient un manche à balai pour montrer) et tous les trois partagent une complicité qui est vraiment charmante à observer.

En relisant ce dernier paragraphe, je me dis que ça sonne un peu niais. Mais c’est bien ce que je ressens, je suis peut-être trop euphorique et un peu beâte. En tous cas je sais maintenant ce que veulent dire les LA chicks qui ont déroulé leur tapis à côté du mien, quand elles disent « i am so grateful ».

Béatitude

Béatitude et jetlag

Enregistrer

Get the Notes in your box

4 thoughts on “Arrivée à Pune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *